Blog, Innovation

L’accessibilité numérique – Les approches de co-conceptions utilisateurs

Le handicap est un phénomène complexe que l’on mésestime - voire méconnait - trop souvent. Ne s’agissant pas forcément d’un problème de santé, mais d’une fracture entre l’individu et son environnement. 

« Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant. »
  • Text Hover
L’organisation mondiale de la santé estime que 15% de la population mondiale est en situation de handicap.  

L’accessibilité numérique représente l’accès à l’ensemble des outils numériques et logiciels pour le plus grand nombre de personnes, y compris les personnes en situation de handicap.
L’accessibilité est bénéfique sur 3 grands thèmes :

L’individu

▶ Toute personne gagne en autonomie
et en indépendance grâce à cette accessibilité.

▶ Parfois, l’accessibilité numérique
peut contribuer à améliorer la qualité de vie

La société 

▶ Il s’agit de la lutte contre les discriminations

L’économie

▶ L’accessibilité numérique permet d’atteindre un plus
large public pour un logiciel ou un site web développé

▶ Cela permet d’améliorer son e-reputation

▶ L’intégration de collaborateurs en situation de handicap

▶ Le respect des contraintes dues
aux législations européennes
Il y a quelques années, la prise en compte des utilisateurs d’un logiciel ou d’un site web, était faite après la réalisation de la solution. C’est encore le cas aujourd’hui pour les utilisateurs en situation de handicap. 

Les développeurs ont ainsi sur une approche techno-centrée : d’abord pour les technophiles, puis pour le grand public, et en dernier pour les personnes en situation de handicap (et de manière non exhaustive). 

Nous avons vu dans un article précédent l’utilisation des personas, afin d’avoir une démarche de conception centrée utilisateurs.

Il existe aussi des approches récentes dites « intégrées » qui visent à intégrer l’ensemble des utilisateurs, y compris les personnes en situation de handicap. Il s’agit donc d’une démarche collaborative pour la qualité.

Si l’on se focalise par exemple sur la méthode Ability-Based Design, le but de cette méthode de conception est de prendre en compte les capacités présentes chez ces personnes afin de faire levier sur leur handicap plutôt que de se focaliser sur leur handicap pour pallier leur difficulté. L’approche se concentre sur les besoins de la personne et du contexte dans lequel elle l’utilise et donc d’avoir une adaptabilité et adaptativité de l’interface.
  • Text Hover
On est donc sur une flexibilité de l’interface homme-machine :
  • L’utilisateur peut modifier l’interface pour son confort
  • Le système doit adapter son interface à l’utilisateur.
  • Text Hover
Les 7 principes de la méthode Ability-Based Design :
  1. Les concepteurs inventorient l’ensemble des capacités des utilisateurs dans une situation, un contexte ou un environnement donné.

  2. Les designers cherchent en amont à solutionner les problématiques en changeant ou en améliorant le système suivant le contexte.

  3. L’utilisateur est capable de modifier l’interface à tout moment pour son propre confort.

  4. Le système s’adapte le mieux possible aux capacités de l’utilisateur

  5. Le système s’adapte au contexte donné

  6. Le système est transparent pour son utilisateur : il informe les modifications qu’il opère en fonction de la situation.

  7. La solution est peu coûteuse pour satisfaire le plus large public. 

Nous sommes donc sur un principe de machine learning.
Le système apprend avec le temps et par l’utilisation de la personne. 

Ces méthodes de conception intégrées sont récentes et encore méconnues des développeurs. 

Pourtant le sujet reste d’actualité, d’autant plus que 250 démarches administratives gouvernementales ont l’objectif d’être numérisées vers l’horizon de 2022, alors que 43% des personnes âgées de plus de 60 ans ne disposent pas d’une connexion internet à leur domicile et 20% de la population n’a aucune connaissance du numérique. Certaines ONG s’inquiètent d’une fracture numérique (en partie générationnelle).

Les services de l’Etat ont rédigé « Trente recommandations pour n’oublier personne dans la transformation numérique des services publics » dans la logique d’une inclusion numérique totale.
  • Text Hover
Aussi, un « Plan national pour un numérique inclusif » a été mis en place dernièrement, permettant d’accompagner et de former chaque personne au numérique. Seulement ce plan est très orienté sur des outils numériques et des formations auprès des agents de service public et des aidants numériques.

Si l’on fait le parallèle avec l’illettrisme où 7% de la population est touchée, ce qui reste un problème majeur, serait-il possible que l’ensemble des personnes touchées par l’illectronisme puissent être accompagnée vers la transition numérique ?
Pour en savoir plus n'hésitez pas à consulter les liens ci-dessous : 
Pour rester informé de nos dernières actualités,
suivez-nous sur les réseaux sociaux
Twitter
LinkedIn
Youtube
Facebook